PUBLICATION DANS “VOIX D’ENCRE”, OCTOBRE 2018

IMG_2753.jpg


Publication de quatre poèmes inédits.


EXPOSITION "THE SHAPE OF MUSIC" À PIETRASANTA, ITALIE

IMG_0570.jpg

the shape of music / la forma della musica

ROBERTO GIANSANTI, AUDREY GUTTMAN, FABIO MAESTRELLI
19 July - 05 August 2018
Sale delle Grasce
Centro Culturale “Luigi Russo”
Via S. Agostino, 1 – Pietrasanta - tel. 0584/795500 - www.museodeibozzetti.it

The shape of music

Music has its own geometry. So does matter, whether bronze, marble, or paper. Molding it, cutting it, carving it, tracing proportions: it is by shaping that we try to make sense of the world - that we try to mold it to the shape of our inner lives.

In chamber music, musicians who play a concert together may not know each other beforehand. They must find a harmonious way to distribute the music between them, in order to breathe life into the still-empty shape of the music score. In a similar way three visual artists being invited to exhibit together by a music festival have the joyful experience of their inner world colliding against the two others - testing its scope, changing its shape.

What are shapes, after all? Why do we keep making them, from doodles to novels? Why are we attracted to certain shapes, over and over? The golden number, certain harmonies, ratios between chords, the perfect geometry of the violin, come to mind.

Fabio Maestrelli and Roberto Giansanti, sculptors, were chosen to make violin sculptures two years in a row by the Pietrasanta in Concerto festival. If Fabio’s work evidences the relationship between music and mathematics, Roberto’s bronzes alludes to the earthly sounds of nature. As for Audrey Guttman, she had written a play about the inner life of the violin and wanted to further deepen this exploration with the craft of collage. In fact, both sculpture and collage explore form and improvisation, dynamics, negative space, direction of energy, harmony and line, placing the idea of shape first and foremost.

La forma della musica

La musica ha una sua geometria. Così come qualsiasi materia, bronzo, marmo o carta. Modellando, scavando, tagliando, tracciando proporzioni: è dando forma alla materia che cerchiamo di dare un senso al mondo; che cerchiamo di modellarlo secondo la forma delle nostre vite interiori.

Nella musica da camera, i musicisti che si trovano ad eseguire  un concerto insieme potrebbero non conoscersi prima. Devono trovare un modo armonioso per ripartire la musica tra loro, in modo di dare vita alla forma ancora vuota della partitura musicale. Allo stesso modo, tre artisti visivi invitati da un festival musicale a esporre insieme le proprie creazioni, hanno la gioiosa esperienza di far incontrare e scontrare i propri mondi interiori - testandone l'ambito, cambiandone la forma.

Che cosa sono le forme, dopo tutto? Perché continuiamo a realizzarle, dagli scarabocchi ai romanzi? Perché siamo attratti da alcune forme, da altre diverse e da altre diverse ancora ? Vengono in mente il numero aureo, alcune armonie, i rapporti tra gli accordi, la perfetta geometria del violino.

Fabio Maestrelli e Roberto Giansanti, scultori, sono stati scelti per realizzare opere d’arte raffiguranti il violino per due anni di seguito dal Festival “Pietrasanta in Concerto”. Se il lavoro di Fabio mette in evidenza il rapporto tra musica e matematica, i bronzi di Roberto alludono ai suoni terreni della natura. Per quanto riguarda Audrey Guttman, artista eclettica, attrice ed autrice di un'opera teatrale sulla vita interiore del violino, ha voluto ulteriormente indagare questo strumento attraverso l’utilizzo del collage. Infatti, sia la scultura che il collage esplorano la forma e l'improvvisazione, la dinamica, lo spazio negativo, la direzione dell'energia, l'armonia e la linea, ponendo l'idea della forma prima di tutto.

fea44b59-f47e-4da2-8079-2599c1125047.jpg

For this exhibition, Audrey Guttman played with the titles of famous violin solo pieces, taking the instrument apart and drawing connections with other symbols of classical beauty and harmony, such as the human body or ancient sculpture. Her collage compositions recall snapshots taken from dreams, where dimensions merge, and flat shapes are indistinguishable from those in relief. Like a poem whose meaning remains open for interpretation, they constitute a springboard for the imagination.  All of her collages are handmade, cutting and pasting images found in old magazines, leaving their imperfections.


Per questa mostra, Audrey Guttman ha giocato con i titoli di composizioni famose per violino solo, smontando lo strumento e trovando legami con altri simboli di bellezza ed armonia classiche, come il corpo umano o la scultura antica. Le sue composizioni di collage richiamano istantanee estratte dai sogni, dove le dimensioni si mescolano, le forme piane e in rilievo non si distinguono. Come una poesia il cui significato rimane aperto all’interpretazione, sono un trampolino per l’immaginazione. Tutti i suoi collage sono realizzati a mano, ritagliando ed incollando immagine ricavate da vecchie riviste, lasciandone l’imperfezione.

 


LES CONFESSIONS D'UN VIOLON AU THÉÂTRE CLAVEL

Clavel Poster A2.jpg




Tous les mardis à 19h30 - 3 Rue Clavel, 75019 Paris
Réservations :
Au théâtre Clavel : ici

Représentation durant la troisième édition du Printemps du Violon au Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Russe (lien ici).
Le samedi 24 mars à 18h00 / 1 Quai Branly, 75007 Paris
*******
SYNOPSIS
Voilà trop longtemps que le violon se contente de jouer. Ce soir, c’est décidé... il raconte son histoire.

Tiens, le violon parle. Il se confesse, même… Il évoque les moments de fierté, de musique, d'amour, de solitude, d’impuissance, qui ont fait le sel de sa vie. Comme dans un rêve, les souvenirs et les personnages s’entremêlent, se croisent, portés par le désir de se raconter, d'offrir à l’être aimé l’entier récit de son existence. 
Un hymne au lien unique qui unit l’instrument et son interprète.

*******

De et avec : Audrey Guttman

Mise en scène : Emmanuelle Kaltcheva-Djaïma

Lumières: Zoé Rodriguez- Twardowski

Durée: 1 heure

Coproduction Le Printemps du Violon / Oh My Goddess Productions

Dossier de présentation disponible sur demande


EXPOSITION

2018: Participation à l'exposition de collages "Unnatural Symmetry" à Rochester, NY, USA

AudreyGuttman.jpeg

 

Statement:

There is a phase in a horse’s gallop called suspension, wherein all four feet are off the ground and the horse is, in effect, levitating. Invisible to the naked eye, this phenomenon could only be documented in the early age of photography. Before that, how the horse kept his balance in the air was a mystery. In this piece, while the animal is airborne, the rider is literally flipping the world's axis on its head, his own legs galloping in an effort to keep his balance. He is contending with the natural order, and seemingly able to pull it off - but for how long? Who is in control here, man or beast? Is such flirtation with danger a way to dominate, if for a brief moment, the universe? The answers seem as haphazard as the game they are playing, as in the physics phenomenon called « spontaneous symmetry breaking ». The medium of collage, the re-creating of a singular and subjective moment in time, enables to freeze the moment preceding the tipping point, stretching it outside the limits of imagination.


À LIRE

2018: Prix "1001 mots" : Récit de voyage en Iran décerné par Lettres Persanes

IMG_5.jpg

 

A lire ici : Article

Extrait:

Téhéran, centre-ville

Les jours dégagés, à Téhéran, on distingue les montagnes qui mordent le ciel à l’arrière-plan et donnent l'impression d'être dans un tableau de Magritte, dans un rêve… ou dans un film, quand la ville défile par la fenêtre du taxi, la radio allumée à fond. Ou dans un sketch, dans le compartiment féminin du métro, avec ses vendeuses ambulantes de bracelets, de foulards, d’éponges pour la vaisselle, sautillant avec la rame. Il m’aura fallu quinze jours pour maîtriser les transports dans la capitale : taxi collectif, taxi privé ("bebakhshid agha, darbast!"), minibus, bus, métro… et pour m’orienter dans son chaos. Il me reste de l’Iran comme un goût de Torshi, les légumes au vinaigre qui accompagnent les repas : acidulé, amer, doux, piquant, croquant, tout à la fois : les sensations, les émotions se superposent en couches. Et pas question de les démêler : c’est l’ensemble qui enivre et qui ne laisse qu’une seule envie, celle de revenir.


À LIRE

Novembre 2017: Publication de deux articles dans Filiber (magazine littéraire belge) n°25

Chronique inaugurale de la nouvelle rubrique sur la lecture: « Pourquoi lisez-vous? »

« La lecture, ça fait du bien par où ça passe. »
 
Qui se souvient du temps, pas si lointain d'ailleurs, où l'on pouvait lire un livre entier sans être constamment interrompu par le biip biip (ou sa variante à peine plus discrète, le brrr brr) de nos messageries dites "instantanées" ? Où l'on avait encore un semblant d'attention soutenue, une capacité à affronter un livre plus long qu'un tweet? Ah! les beaux jours…
Pas de panique! Il ne tient qu'à nous de ressaisir la main que le livre nous tend. Souvenez-vous de vos lectures d’adolescence, brûlantes d’intensité, hors du temps. Glissez-vous dans le souvenir de ces émois, littéraires et physiques, qui se mélangeaient alors dans votre esprit.
 
On entend souvent dire que la lecture est "une évasion". Et si c'était le contraire? Si la lecture était le meilleur moyen de revenir à nous-mêmes?
 
Le geste de lire m'ancre toujours dans mon corps.
Quand je lis, mon livre caresse le dos de mes genoux; mes mains sont, selon l'intrigue, moites de tension retenue, frissonnantes de plaisir, indolentes de rêverie. Ma lecture est incarnée : elle s'inscrit dans ma chair, dans mes orteils qui trépignent, dans ma tête qui se relève d'un bond lorsque l’auteur semble s’adresser à moi seule.
Cette lecture "en levant la tête" chère à Barthes, qui fait naître le désir d’écrire un livre en réponse, je vous la souhaite du fond du cœur.
Il n'est de moment plus voluptueux, voire, de volupté plus grande.
Lire, c'est entretenir avec les écrivains un degré d'intimité qui parfois hébète.
La vie est courte: lisons, de grâce, pour en vivre plusieurs. Attrapons un volume au hasard, juste pour le plaisir d'inquiéter un peu ses goûts. Suivons le conseil d'un inconnu, d’un(e) libraire, ou de qui bon nous semble. Offrons-nous ce cadeau : engager notre être entier dans un acte qui le consume et l'élève à la fois, ce plaisir en solitaire, cette jouissance de l’âme: la lecture d'un bon livre.
 
Audrey Guttman

 


Portrait de Marc Filipson, libraire belge

24 heures à Paris avec Marcus, roi de Filigranie

9h45
Assise dans le lobby d’un holding éditorial, place d’Italie, j’attends mon acolyte pour la journée. Il est en retard, mais qu’importe: c’est la faute du Thalys, et surtout, il s’agit ni plus ni moins du célèbre Marcus, roi de Filigranie, le royaume de livres qui résiste encore et toujours à l’envahisseur. Il vient à Paris défendre les couleurs de son pays auprès de l’Empire des Lettres. C’est peu dire que je ne raterais ça pour rien au monde.

9h50
Des logos de toutes les couleurs ornent les ascenseurs de l’immeuble. J’en suis à comparer leurs mérites respectifs, quand j’entends un tonitruant: BONJOUR! Voilà notre homme et sa touffe argentée, souriant jusqu’aux oreilles: Devine comment je suis venu? En taxi-moto! Un tapis volant n’aurait pas sonné moins merveilleux. Je me demande soudain pourquoi je n’en ai jamais pris, en treize ans de vie ici. Paris: 0, Bruxelles: 1.

10h
C’est parti pour la tournée des maisons d’édition. Nous allons réclamer nos étrennes, sous la forme de demi-pages de publicité dans le présent canard, journal officiel du pays. En 35 ans d’existence, la Filigranie a tant grandi qu’elle est maintenant une des provinces les plus lucratives de l’Empire des Lettres. Et sans elle, les éditeurs ne pourraient écouler leur stock.

10h10
Rendez-vous dans le bureau d’un pédégé. L’équipe dévoile les nouvelles jaquettes d’une collection iconique. Notre homme insiste, chiffres à l’appui: la collection se vend mieux sans, vous devriez les enlever. Silence. L’éditeur fait la moue: tu comprends, on met en valeur nos auteurs. Je pense à la ligne Maginot: dans les machines de guerre, il est plus facile de persévérer dans l’erreur que de l’avouer.

11h
Une actrice du petit écran sort un livre: peut-on la faire venir? Sans transition, on enchaîne sur le centenaire de la révolution russe: autre évènement, autre public, mais qui compte? On mise gros sur les enjeux. Marcus, pas snob pour un sou, vante les mérites du dernier Marc Lévy (génial), et du récent Amélie Nothomb (il faut le lire). En termes de lecture, c’est un épicurien. Il cite le règlement du prix Filigranes: Pourquoi se forcer à lire plus de trente pages, si le livre te tombe des mains? CQFD.

12h
Marcus alias Tonton Marc est mon oncle: c’est dire si on a l’habitude de se bidonner. Mais aujourd’hui, on joue, opération oblige, à l’assistante et au patron. Il parle et je prends des notes, en essayant de ne pas trop loucher sur les piles de livres à paraître. Des pensées de kleptomanie me traversent l’esprit. Marcus m'observe, devine: tu le veux? Elle peut le prendre? Bien sûr! Je m’emplis les poches, les yeux brillants, comme Charlie à la chocolaterie.

14h
La réceptionniste comprend mal le nom: Philippe… Sonne? Non, il ne sonne pas, il entre. Les éditeurs, décontenancés par tant d'énergie, restent courtois. Un éclair de panique passe sur leur visage: comment se défiler? Quel dommage qu'on ait déjà bouclé le budget de fin d’année… Marcus, inébranlable, sourit. Il n'a pas besoin de rappeler son pouvoir: leurs livres, c'est lui qui les vend. La Filigranie est un royaume où on lit, et pas qu’un peu.

15h
Je griffonne: avoir du culot, ça paie, secouer le cocotier, écrire un bestseller. Son élan est tel que j’aurais presque envie de lui en écrire un, rien que pour lui donner le plaisir de l’écouler. Il aime lancer ses livres, pour lesquels tous les moyens sont bons. Il est bien entouré: Mes libraires sont exceptionnels! Mes caissiers sont intelligents! Marcus défend ses troupes, et surtout la sagacité de sa fille, qui a augmenté la rentabilité au mètre carré.

16h
A chaque rendez-vous, il déballe sa hotte de père Noël. Des pin’s! Des marque-pages! Des Filiber! On offre les cupcakes! Il faut bien que quelqu'un se dévoue pour traiter le livre comme un produit. C'est Marcus qui s’y colle, pour que tout le monde continue à faire semblant que les livres arrivent tous seuls dans les bras des lectrices. En vérité, il faut rivaliser d’ingéniosité. En bon roi, Marcus connaît les auteurs personnellement, les reçoit comme il faut: enchantés de leur séjour en Filigranie, ils sont heureux de revenir.

17h
Comment fait-il pour tenir? J’ai l’impression d’avoir couru un marathon. Si je te mets une page, tu me fais une phrase sur le bouquin? Tope-là. Dès les talons tournés, il se tourne vers moi, sourire jusqu'aux oreilles: La négociation, ce que c’est bon! D’accord, Marcus.

19h30
Marcus repasse la tête dans le bureau du pédégé et hurle: Stakhanoviste! Il se fait tard, et les employés pianotent encore. En descendant le couloir, il les exhorte à coups de: Courage, Mademoiselle! Courage, Monsieur! Nous sommes hilares. Il n'y a qu'un Schtroumpf de Belge pour mettre une telle ambiance dans les bureaux de cette auguste maison. C'est mieux quand la réalité ressemble un peu plus à un roman, non?

20h
Fin de journée, on boit un verre place d’Italie. Les jambes qui picotent et l’esprit en sur-régime. Tiens, que penserais tu de? Et ça? Ah non, stop: Là, j’ai fini ma journée de travail. Sage est l’homme qui sait s’arrêter, après avoir couru toute la journée. Quel moderne, ce roi: la work-life balance, c’est pile dans la tendance.

Audrey Guttman