Photo: Yves Dimant

Photo: Yves Dimant

(SCROLL DOWN FOR ENGLISH)

Audrey Guttman est une artiste multidisciplinaire, aussi bien auteur de poésie et interprète de théâtre qu’artiste collagiste. Née en 1987 à Bruxelles, elle vit et travaille à Paris. Formée en sciences politiques, littérature et histoire de l’art, elle interprète ses propres textes lors de performances artistiques ou théâtrales. Ses œuvres ont été exposées au Hangar Art Center à Bruxelles, à la Fondation Verbeke en Belgique (2019), au Museo dei Bozzetti en Italie (2018), à Rochester Collage Society, New York (2018), à Ground Control, Paris (2018) et Artibazar (2017). En 2019, elle termine une série de cent collages sur le masque dans les arts premiers. Tous ses collages sont réalisés à la main à partir d’images trouvées. Elle conçoit son travail comme une recherche de court-circuits, dans le sens, l’espace et le temps, en écho à la recomposition permanente du monde.

Elle se consacre pendant plusieurs années à l’œuvre de Pier Paolo Pasolini, donnant des conférences à Paris et Montréal. En parallèle, elle écrit et suit une formation d’improvisation au Cours Florent. En 2014, elle adapte et narre sur scène Serenata Romantica, un spectacle musical inspiré par les lettres de Robert et Clara Schumann, pour le festival Pietrasanta in Concerto. Elle organise ensuite des lectures théâtrales de ses textes, opérant un virage progressif vers la scène. Son interprétation de son poème L’Empire des Lumières à l’ouverture de la rétrospective René Magritte au Centre Pompidou, en 2016, rencontre un grand succès. La même année, elle écrit et joue avec le musicien Fawaz Baker La Jeune Fille et la Mort, un monologue théâtral en vers inspiré par le mythe classique et écrit d’un point de vue féminin. En 2017, elle interprète la comtesse de Béhague dans Fugue Byzantine, un court-métrage réalisé par Altinaï Petrovitch Njegosh. Lors du festival Printemps du Violon en mars 2017, elle joue son premier spectacle seule en scène, durant une heure, intitulé Confessions d’un violon et dans lequel elle prête voix à l’instrument. Il a été reprogrammé pour l'édition 2018 et a été joué avec succès pendant trois mois au Théâtre Clavel à Paris.

Ses poèmes ont été publiés par la revue de poésie « Voix d’encre » à l’automne 2018.

 

ENGLISH BIO

Audrey Guttman is a collage artist, writer, and performer. Born in 1987 in Brussels, Belgium, she lives and works in Paris. Her collage work has been exhibited at the Hangar Art Center in Brussels and the Verbeke Foundation in Belgium (2019), Museo dei Bozzetti in Pietrasanta, Italy, (2018), at Rochester Collage Society, New York (2018), Ground Control, Paris (2018) and the Artibazar fair in Paris (2017). Her poetry has been published by the “Voix d’encre” poetry review in the fall of 2018.

A graduate of Sciences Po Paris and l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), she defended her dissertation on the Italian poet Pier Paolo Pasolini and participated in symposiums in Montreal and Paris. Meanwhile, she trained in Improvisation at the Cours Florent in Paris. For the Pietrasanta in Concerto festival in 2014, she adapted and narrated on stage Serenata Romantica, a show inspired by the love letters of Robert and Clara Schumann. In 2015, she began to read her own material in public. In 2016, she performed her poem The Empire of Lights on the opening day of the René Magritte retrospective at the Centre Pompidou. That same year, she wrote and performed, with the Syrian musician Fawaz Baker, Death and the Maiden, a retelling of the classic myth from the feminine point of view. In 2017, she played the Countess of Behague in Fugue Byzantine, a short film by Altinaï Petrovitch-Njegosh.

During the Printemps du Violon festival in 2017, she wrote and performed her first one-woman play called “Confessions of a Violin”, in which she imagined what the instrument would say if it could speak. The show was reprogrammed for the 2018 edition of the festival and subsequently went on an acclaimed three-month run at the Théâtre Clavel in Paris.